September 07, 2013

"L’enfin du monde…"


Languit l’imago à l’étroit !
Comme un vêtement rétréci
l’engonce son harnois, le scie,
le creuse, aux entournures broie.

Partout craquent les commissures,
s’écroule la chrysalide
en langues de pierre, d’algides
éruptions gercent aux froissures.

Plaies après plaies inguérissables
meurtrissent le cocon têtu,
qui tient bon, coriace, incurable.

Voué à sa cotte d’enfant, 
nulle délivrance en la mue 
du nouveau monde, s’étouffant !

1 comment:

  1. Un beau texte David. Curieusement orchestré, atypique, mais intriguant, interpellant.
    Bises

    ReplyDelete